TOP

 VOYAGE LES VILLAS PALLADIENNES DU 4 AU 11 SEPTEMBRE 2022

 

LE GROUPE  devant les villas, La ROTONDE, La villa BARBARO  

           

 

LES  ANIMATIONS :  la REGATE HISTORIQUE DE VENISE,  LA PARTIE D’ECHEC DE MAROSTICA,  LE PIQUE NIQUE, LES REPAS

                

 

LE PATRIMOINE : les villas, les palais, le théâtre olympique, le pont de Bassano. Les décorations intérieures (Tiepolo, Veronese..) le travail de la pierre dure..

 

Et s’il ne fallait retenir qu’un palais de PALLADIO , ce serait le PALAIS CHIERICATI, la seule construction  vraiment érigée selon ses plans et qui témoigne de l’harmonie, de l’équilibre des pleins et des vides et de l’élégance qui ont fait la notoriété  de cet architecte de génie. 

      

 

 

VOYAGE SIENNE ET LE PALIO

28.06.22 au 03.07.22

LE GROUPE place du campo et repas de la contrade

LE PALIO   LES ANIMATIONS   LES ESSAIS SUR LA PLACE

les visites, le patrimoine

      

 

SORTIE JOURNEE  NIMES  EXPOSITION ETRUSQUE ET MUSEE DE LA ROMANITE

                                                                            juin 2022         

 

                          

 

GENES  SAVONE NOVEMBRE 2021 

 

Place Castellane, jeudi 11 novembre à 7 h 30 : nous sommes 14 qui nous retrouvons dans un petit car en  partance pour Gênes. Au volant, Massimo notre chauffeur.  Premier arrêt à Vidauban suivi d’un déjeuner à l’Autogrill  d’Albenga : oui, l’ACCI et ses adhérents ont bien renoué avec leurs habitudes dont le Covid les avait privés depuis  2ans !

Ce voyage pour Gênes et Savone qui prolonge la découverte de l’œuvre des BREA en Avril 2018 fut placé sous le signe de la gaieté et de l’amitié, notre nombre réduit favorisant la cohésion du groupe. Dans l ‘après-midi – après notre installation dans un hôtel superbement situé en plein centre – nous entamons la visite de Gênes sous la houlette de Claudia notre guide.

Direction Piazza San Lorenzo pour découvrir la cathédrale et sa façade typiquement génoise à bandes alternées noires  et blanches ainsi que le musée du trésor qui abrite le Sacro Catino (le Graal de la légende). La ville rassemble un nombre d’églises, de musées  et de palais surprenant.  Citons dans la vielle ville la Collégiale de Santa Maria di Castello datant du XIIème siècle ainsi que le musée attenant qui présente le « polyptique de la conversion de St Paul » issu de l’atelier des Brea ainsi que l’impressionnant retable de Tous les Saints dit aussi Couronnement de la Vierge œuvre des Brea daté et signé de 1513 ; tableau impressionnant par le nombre de personnages peints (plus de 300 dit-on) et dont beaucoup seraient des portraits. C’est ainsi que la guide nous fait remarquer une jeune femme qui tourne la tête vers le spectateur et dont la ressemblance avec la Vénus de Botticelli est effectivement  frappante.  Puis,  belle découverte de la via Garibaldi bordée de palais somptueux et visite de la galerie Nationale dans le palais Spinola où se trouve l’Ascension de Ludovico Brea parmi tant d’autres chefs-d’œuvre.

Les 2 demi-journées libres permettent de compléter la découverte du formidable patrimoine culturel de Gênes selon les intérêts de chacun.

Après ces journées bien remplies, les repas du soir nous seront servis autour de 2 longues tables d’hôtes nous réunissant tous dans une petite salle à manger qui nous est réservée à l’intérieur d’un charmant restaurant. Mets et vins toujours très appréciés donnant lieu à des discussions avec avis contradictoires.

Dimanche sur la route du retour, nous continuons notre parcours autour des BREA en nous arrêtant à Savone pour visiter notamment la pinacothèque civique.

Puis retour vers la France et arrivée à Marseille en fin de journée.

Que de belles choses vues en 4 jours ! Que d’amitiés nouées ou renouées !

 

La Basilicate en Septembre 2021… royale, forcément royale !

Les Romains la baptisèrent « Lucanie ». Il faut d’abord bien situer sur la botte italienne cette région qu’il est convenu d’appeler les Apennins de Lucanie ou encore les « Dolomiti lucane », flanquée à l’Est par la plaine maraîchère de Métaponte et se souvenir qu’après avoir connu sur son sol quelques colonies grecques, elle devint un pays palimpseste, successivement occupé par les Romains, les Byzantins, les Normands, les Angevins puis les Aragonais … qui, tous, ont laissé des traces indélébiles ! Dès notre descente d’avion à Bari, la carrosserie de l’autocar – conduit par l’excellent Michele – attira notre curiosité : s’y étalait le nom GESUALDO, prince de Venosa – que nous allions visiter – et génial musicien du XVI° siècle dont la vie fut contraire au plus essentiel des préceptes moraux… Tout était donc promesse de belles et giboyeuses découvertes. Nous n’eûmes aucune déception.

 Logés d’abord à Potenza, la plus haute ville de la région, nous avons commencé par nous promener dans Acerenza, aperçue depuis la route, perchée sur un sommet et emblématique de tout notre séjour : nous allions, en effet, tous les jours, monter et descendre des routes pentues – sauf en Metaponte – dans un très beau paysage plutôt montagneux, par des routes sinueuses, très moyennement entretenues, qui ne tolèrent qu’une vitesse très limitée. Les fouilles archéologiques sont relativement récentes et n’en fournissent pas moins de riches petits musées. A Potenza et Policoro notamment, nous avons souvent été éblouis par des objets magnifiques : vases aux dimensions surprenantes, aux motifs narratifs quelquefois difficiles à suivre, bijoux, armes etc. Mais il y eut aussi des églises surprenantes… l’impressionnant Christ rédempteur à Maratea, l’incroyable village abandonné de Craco, les Sassi de Matera … … ! Et nous avons même fait un détour non prévu par Bernalda pour apercevoir le château du Quattrocento acquis par Francis Ford Coppola, le plus célèbre émigré de la région !

 Nous n’oublierons pas non plus nos pique-nique à Santa Maria di Anglona… puis à Pietrapertosa. Oui, la générosité de Mariangela dans ses achats permit une seconde édition. L’ineffable premier repas à Policoro, dans notre hôtel Hermès, restera certainement dans nos mémoires : les 18 ans d’un jeune garçon étaient l’occasion d’une grande fête familiale avec musique tonitruante et ambiance surchauffée… Nous n’y étions pas conviés mais dînant dans une salle adjacente, nous avons largement profité de la bande-son. De Pietrapertosa à Castelmezanno, nous nous souviendrons aussi du filin – qui nous aurait très sportivement permis de joindre les deux villages en un temps record… – auquel nous avons été contraints (!) de préférer la route de contournement, bien plus longue.

 Nous étions souvent les seuls touristes étrangers. Ainsi, à Miglionico, deux dames s’étonnèrent de trouver là des français !!! … et s’enquirent même de nos billets pour la visite du château de Malconsiglio avant d’être rappelées à l’ordre par un mari sourcilleux : nous avions oublié de cacher nos visages dans nos masques !

                     

LES POUILLES OCTOBE 2021 – carrefour de la MEDITERRANEE

Après une si longue attente, nous voilà de retour de notre circuit en terre apulienne.

Terre de croisement et de métissage culturel, la visite du musée archéologique de Tarente et les exceptionnels vases mythologiques de Jatta (à Bari) nous ont révélé un des aspects du raffinement de l’art grec sur cette terre des Iapyges.

Les grands sanctuaires du Moyen Age empruntant plusieurs de leurs traits caractéristiques à l’Orient, aux Normands, aux Souabes (Fréderic II) furent l’un des points forts de ce voyage ; les ports des Pouilles n’ont-ils pas été le point de départ de nombreux participants à la 1ère croisade :

 – Sanctuaire du Monte San Angelo, blotti dans la sauvage beauté du parc du Gargano ,

–  Eglises romanes de Bari, Trani, Bitonto, Barletta, Ste Marie delle Cerate, Otrante …,

– Châteaux de Fréderic  II dont le célèbre Castel Del Monte n’a pas révélé encore tous ses mystères. le paysage environnant d’une silencieuse intensité contribuant à l’atmosphère singulière de ce lieu.

Le baroque du Salento à Lecce nous a émerveillés : sans doute la chaude couleur dorée de la pierre si caractéristique  et l’ornementation exubérante des églises ont dû contribuer à notre éblouissement.

Enfin les villages : blanc d’Ostuni, gris -blanc et plus spectaculaire d’Alberobello  avec ses caractérisques ‘’trulli’’ nous ont transportés dans un monde plus rural même si aujourd’hui le tourisme gagne du terrain (classement au patrimoine de l’Unesco oblige).

Notre guide locale  (la 3ème du circuit, Tarente, Martina Franca, Alberobello) nous a avec un malin plaisir amenés à plusieurs reprises  à répéter le mot « apotropaïque », car dans ces régions les superstitions sont nombreuses et il faut se garder du mauvais œil.

Le drame de la maladie des oliviers dans le Salento (extrémité du talon de la botte), nous a tous beaucoup touchés car, ici, le paysage, la vie économique et la cuisine ne se conçoivent pas sans l’olivier.

Un choix judicieux de spécialités nous a permis de goûter à cette gastronomie où les poissons et les fruits de mers sont à l’honneur : moules gratinées, poulpes en sauce, …) les pates n’ayant pas failli à leur réputation (orechiette e cime di rapa), les  taralli (petits biscuits salés) que nous grignotions à tous moments de la journée et le fameux pasticiotto qui nous était aussi servi au petit déjeuner.

La météo étant de la partie, Mariangela nous avait organisé un pique-nique avec les produits locaux (Capo culo  /  Cacio cavallo ) olives, tomates cerises et gâteaux ; ce fut un beau moment de partage dans ce circuit où la bonne humeur du groupe a contribué à la réussite de ce voyage.

 

                                

 

PHOTOS DE NOTRE DERNIER  CARNAVAL   FEVRIER  2020

    

 

TRIESTE AQUILEA   GRADO   2019

 

 

MILAN   ET   EXPO   LEONARD DE VINCI   2019 ET VIGEVANO